sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Le Voleur d'ombres de Marc Levy, Robert Laffont
 
Un petit garçon sans histories se découvre un étrange pouvoir: il communique avec les ombres de ses proches qui lui livrent leurs secrets. Il visualise ainsi l’enfance malheureuse du gardien de l’école qu’il décide d’aider immédiatement…

A peine remis du dytique Premier jour/Première nuit, Marc Levy signe ce Voleur d’ombres, roman idéal pour l’été. L’auteur écrit vite mais ne bâcle pas ce nouveau récit fantastique. Son héros recueille les confidences, ambitions, espoirs déçus ou tristesse de ceux qui l’entoure sans réaliser que sa vie perd progressivement tout sens. Il devient lui-même une ombre, un personnage littéraire dont le nom ne sera jamais évoqué.

Marc Levy joue sur plusieurs tableaux. L’enfance de son héros rappelle Le petit Nicolas avec son écrin nostalgique, l’évocation des copains, des punitions et d’une mère dévouée. Parfois enfantin, le récit change littéralement de registre emporté par le fantastique et ces figures tourmentées comme l’inoubliable petite Cléa.

Malheureusement dans la seconde partie, Marc Levy ne retrouve jamais ce subtil équilibre. Ses héros évoluent dans un monde trop lisse où n’importe qui peut devenir médecin, où les personnages se complaisent à détester leurs enfants, où les commerçants retraités regrettent le bon vieux temps où les grandes surfaces n’existaient pas. Les couples se font et se défont trop facilement, ce qui accentue le manque d’épaisseur des personnages jusqu’au dénouement dominé par la figure bouleversante d’une petite fille et de son cerf-volant. A défaut de style voire de psychologie, ce genre d’images justifie la lecture de ce Voleur d’ombres, un petit roman qui ne s’oublie pas.

Éditions Robert Laffont, 274 pages, 21 euros

J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)