sommaire littérature
chroniques de livre
dossiers et articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques littéraires

Rose Bonbon de Nicolas Jones-Gorlin, Gallimard
 
Difficile de croire à l’honnêteté d’un livre traitant d’un sujet aussi sensible que la pédophilie et vendu avec un bandeau titrant « Amours mineures ». Pourtant le second roman de Nicolas Jones-Gorlin a déchaîné les passions après qu’une association de protection de mineurs, L’Enfant Bleu a exprimé son indignation et menacé d’entamer des poursuites judiciaires.

Pourtant Rose Bonbon est un roman, une fiction et malgré le « Je » du récit, on ne peut croire un instant que son auteur masque d’inavouables penchants en se réfugiant derrière sa plume. Surtout que le livre se distingue par un style assez vulgaire et des situations peu crédibles.

Nicolas Jones-Gorlin suit les aventures de Simon, dangereux pédophile, arrêté pour une agression sur une petite fille, Dorothée. Liberé dans le cadre d’un traitement médical, il rencontre un autre pédophile, porté sur les petits garcons et le livre de démonter avec un certain aplomb l’hypocrisie et le confort moral dont jouissent ces ogres des temps modernes, notamment lors de la scène du McDo.

L’auteur de Poupées (sur le milieu de la mode) tenait là un veritable sujet mais un humour noir à la fois amusant et grinçant désamorce les ressorts dramatiques du livre. Assez complaisant, Rose Bonbon s’égare et dénonce pêle-mêle pédophiles, médecins, système judiciaire, journalistes, show-biz, dénotant un moralisme que ne renieraient pas ses propres détracteurs. Enfin, Nicolas Jones-Gorlin peut s’estimer heureux, on parle de lui et par les temps qui courent c’est tout ce qui compte !

Editions Gallimard 170 pages, 14 euros

J.H.D. 

> autres chroniques



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)