sommaire
disques
agenda
interviews
@ articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

Mathieu Boogaerts au Trianon

1

Tiens, un concert de Mathieu Boogaerts ! Tiens, et si j'y allais ? Ça fait tellement longtemps que j'ai envie de voir cet artiste en concert. Allez, faut se faire plaisir dans la vie ! Mathieu Boogaerts ? Vous ne savez pas qui c'est ? C'est le genre de chanteur très doué qui arrive à passer hors des mailles du filet commercial et qui, pourtant, en l'espace de trois albums, s'est fait une place dans le (joli) petit monde de la nouvelle chanson française. Après J'en Ai Marre d'Etre Deux et Super, le jeune chanteur a sorti 2000, un album tout en légèreté, dont il achevait la tournée à Paris ce 1er décembre 2003.

L'inscription sur le billet annonçait la couleur : "Mathieu Boogaerts en concert solo", je l'imaginais déjà tout seul sur scène avec sa guitare... et ce qui devait arriver arriva ! Il était là, comme je l'imaginais, enfin presque. Il était accompagné d'une guitare certes, mais aussi d'un écran sur lequel il fit défiler tour à tour des vagues, une forêt, une route, et même ces amis musiciens. Derrière les airs légers qu'on lui connaissait, se cachait le Mathieu doux dingue qu'il n'a pas hésité à nous dévoiler tout au long de la soirée. Il a commencé avec une hésitation étudiée sur le thème de la chanson qu'il allait aborder, pour son 93ème concert il avait décidé d'innover ! Par quelle chanson a-t-il commencé ? Impossible de me rappeler ! Il faut dire qu'il s'en est passé des choses pendant ces deux heures de concert !

Mathieu et son délire sur un rocher en plastique posé sur la scène : que va-t-il en faire puisque la tournée est finie ? Mathieu et sa vie sentimentale : il nous apprend que Lorsque Flore est une chanson sur la copine d'un des ses amis. Mathieu et la reprise numérique d'une chanson de Françoise Hardy. Mathieu qui fait chanter son public : "c'est la fête des trompettes, du trampoline, de mon hors-bord, tous les choeurs à tue-tête te souhaitent bienvenue à bord". Il nous emmène à Las Vegas assister à son mariage qui avait pourtant bien commencé, tente un retour dans L'Espace et dans la foulée nous présente Néhémie d'Akkadé.

Le concert est déjà fini ! L'heure est aux rappels. Mathieu s'amuse, il s'en va puis réapparaît sur son écran. C'est en vrai qu'on le veut ! il revient nous interpréter Le Ciment dans une version épurée. Applaudissements. Vague de chaleur. Des musiciens viennent le rejoindre sur scène. Ils sont bientôt six à accompagner Mathieu ; parmi eux, incroyable : l'autre Mathieu, -M- ne tarde pas à s'emparer de son instrument fétiche, une guitare. Qui vois-je ? Mais c'est Vincent Delerm que j'aperçois, nus pieds, s'agiter sur les rythmes euphoriques de cette pléiade d'artistes. Je reconnais encore Albin de la Simone et Thierry Stremler, mais le nom des autres m'échappe (pardon, vous étiez tellement bons tous ensemble). Sur une suggestion de Thierry, Mathieu propose un "flantre", sorte de délire musical en impro' organisée. Les sept complices se déchaînent sur un O.U.I hâtivement repris par la foule. La frénésie est à son apogée. A peine avons-nous goûté au plaisir de cette complicité artistique sans faille qu'elle se défait et se retire. Mathieu est de nouveau rappelé. Et alors que l'écran fait à nouveau défiler les vagues, il se présente sur scène pour nous interpréter Bon Bon : "Bon bon que vas-tu faire ? - Moi je vais prendre la mer"...

Audrey

< autres articles <



Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)