sommaire
@ disques
agenda
interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques de disques

Pony Club
"Home Truths"
(Setanta/PIAS)

"Room with a view" aurait très bien pu être le sous-titre du premier album de Pony Club. Son maître d'œuvre Mark Cullen y témoigne, de sa chambre d'enfant, dans laquelle il s'est enfermé pour cinq mois, de la vie de Finglas, quartier populaire de Dublin dont il est originaire.
De sa fenêtre, il a observé l'ennui, le chômage, les violences conjugales, la drogue (Millions Like Us). A travers les fines cloisons des immeubles mal entretenus, il a entendu les relations amoureuses qui se déchirent, les paternités mal assumées (Flaky Wife, What did you expect), l'alcoolisme (Afternoon Drinking). A défaut de les avoir vécus lui-même du fait de son jeune âge, Mark Cullen couche en 12 titres les croquis réalistes de la vie quotidienne des gens simples de Finglas. Pour comprendre la force de ce disque, il faut au préalable ne pas se laisser induire en erreur par la légèreté des charmantes mélodies (Stop, Flaky Wife, ou le splendide Tenderness). En effet, les textes de Mark Cullen sont pour le moins amers :
"I know I hit you once/But honey that was long ago/Don't get upset"
Je sais que je t'ai frappé une fois/Mais chérie c'était il y a longtemps/Ne te fache pas (Millions like us)
"I won't always keep you happy/I won't always there honey/…/I can't give you what I want to/ I can't give you what I'd like to/ So I'll take it all out on you"
Je ne te garderai pas éternellement heureuse/Je ne serai pas éternellement là chérie/…/Je ne peux pas te donner ce que je veux/Je ne peux te donner ce que je voudrais/Alors je m'en prendrai à toi (Happy Families)
"You can't imagine what it must be like/When your families happiness depends on you"
Tu ne peux imaginer ce que ça doit être/Lorsque le bonheur de ta famille repose sur toi (Flaky Wife)
Ce contraste entre mélodies doucereuses et violence du sens n'est pas sans rappeler certaines chansons d'un ex-compagnon de l'écurie Setanta, Neil Hannon de the Divine Comedy. Est-ce un moyen de masquer une réalité trop dure à voir, une manière de se rassurer ou bien est-ce une astucieuse formule pour éviter le misérabilisme et le cynisme, et d'accepter la vie telle qu'elle se présente dans les quartiers défavorisés, avec ses travers les plus noirs, et les cadeaux qu'elle se refuse obstinément à faire. A vous de voir mais il serait dommage de passer à côté de ce témoignage de l'intérieur. A travers les doigts d'un songwriter de talent et à surveiller de près à l'avenir, "Home Truths" dépeint le blues de la culture "lad" à l'irlandaise avec une fraîcheur et une honnêteté désarmantes.

RedApple
(redapple [AT] purjus [POINT] net [*]) 
>> achetez ce disque sur Amazon.fr >>

< autres chroniques <




Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)