sommaire
@ disques
agenda
interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques de disques

Zohreh
"Man, to etc..."
(Minuscule/PIAS)

« Esh » est une introduction pimentée. La musique métisse instruments et électronique. La chanteuse sans dégager un charisme immédiat laisse présager un caractère bien trempé. « Pasli Sand » induit une légère déception et amène à revoir l’hypothèse émise à propos de Zohreh. Côté musique, c’est bien fait : une enveloppe aux milles senteurs et couleurs invite à danser. Côté chant, Zohreh peine à insuffler un charme reptile. Manque d’assurance, timidité ? C’est là son premier album, ceci explique peut-être ce chant hésitant, pas tout à fait libéré. Des airs de fanfare, aux accents andalous, jusque vers les rythmes latins, les musiques avec aisance parcourent des bouts du monde. Zohreh s’y accoutume difficilement. Il est vrai que la tâche n’est pas évidente. Zohreh a donc le mérite d’essayer. Du chant elle passe à une diction un peu précieuse (et par la même un peu ridicule). « Elle a des yeux de cristal … spécial. » . Répète t-elle. Animer les syllabes et réveiller la sonorité secrète des lettres sont deux composantes prisées des voix diseuses les plus aguerries ( Trudell et Waits aux USA, Bashung in France). Encore une fois saluons la prise de risques. Mais le résultat n’est pas ici à la hauteur de l’ambition. Sur « Lsimousine », sa voix est conduite, dirigée sans travers sur une musique sans faille. Puis vient une chanson alanguie, qui ne sait pas s’arrêter avant que l’ennui surgisse. Zohreh est alors une élève appliquée et trop sérieuse. Lorsque la guitare l’accompagne doucement, elle parvient avec sensibilité à conter une histoire. Quand la musique s’efface, elle se glisse dans les interstices et livre sa personnalité. Elle est alors touchante et se révèle plus tourmentée, moins lisse. On aurait rêvé des chansons toutes habitées, des cris rageurs dans des flamencos hybrides, des tangos plus sensuels…On aurait aimé un disque où Zohreh donne tout. Mais elle a bien raison de se retenir. C’est là son premier album. Et il est suffisamment bon pour qu’on s’y attarde.
BSGD
(bsgd [AT] purjus [POINT] net [*]) 
>> achetez ce disque sur Amazon.fr >>

< autres chroniques <




Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)