sommaire
@ disques
agenda
interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques de disques

Console
"Reset The Preset"
(Labels / Virgin / EMI)

Ce double album permet à Martin Gretschmann de « résoudre l’équation Electronique / Mot ». Défi gagné d’avance, pourrait-on dire, après la réalisation du Neon Golden de The Notwist, et l’intervention, au chant, de Miriam Osterrieder de Weilheim sur le Live At Centre Pompidou, très réussi au demeurant. Il restait sans doute à franchir une ultime étape, certainement plus psychique que technique. Voilà qui est fait. Le premier volet, Reset, pourrait même être défini comme un disque de Pop électronique. Evidemment, cela crée quelques affinités, précisément avec d’autres groupes allemands frayant dans ces eaux là : sans doute un peu The Notwist, mais moins que Tarwater (cf. en particulier Into The Universe). Mais ce sont là des parallèles encore lointains car Console est capable, dans ce registre si étroit, de nous proposer autre chose. C’est sans doute ici que se révèle le tour de force et que réside la réussite du projet. La qualité mélodique (typiquement pop) de The Times They Are Not A-Changin’ aura vite convaincu les sceptiques, de même que l’intervention des guitares dans Suck And Run. Mais l’originalité des deux aspects fondamentaux (pop et électronique pour simplifier) se révèle avec plus d’ampleur dans Secret Game. Sur Preset, l’optique est différente, l’ordinateur réoccupe une place de choix. Il s’agit ici d’électro-ambient d’où se dégagent fraîcheur et sobriété. Rythmique mesurée au cordeau, nappes finement ciselées, Console retrouve son jardin sonore dont il maîtrise si bien les différentes parcelles. En définitive, Reset cherche à faire participer la voix, s’interroge sur le chant et ses interactions avec une musique sans cesse balancée entre pop et électro, se nourrit dans l’excitation de ses propres explorations... qui aboutissent. Preset a l’assurance et la tranquillité d’un chemin déjà empruntée et donc connu, peaufiné même. Il est d’emblée plus apaisé, davantage propice au vagabondage et à la méditation. 2 CDs complémentaires pour un album emblématique qui cristallise des contradictions apparentes et des adéquations innovantes.
Monsieur F.
(monsieur [POINT] f [AT] purjus [POINT] net [*]) 

< autres chroniques <




Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)