sommaire
@ disques
agenda
interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques de disques

Ashley Slater
"BigLounge"
(Plush/Patsy/PopLane)

Son nom ne vous dit peut-être rien, mais son crâne rasé sûrement un peu plus. Il y a quelque années déjà, une grande marque de denim avait choisi un titre du groupe Freakpower pour illustrer une de ses campagnes publicitaires : 'Turn On, Tune In, Cop Out'. Ashley Slater (au micro) et son acolyte Norman Cook, alias Fatboy
Slim, signait alors leur premier véritable carton interplanétaire.
Depuis la fin de l'aventure FreakPower il y a de cela 3 ans (2 albums et une tournée épuisante), Slater a sorti
quelques morceaux sous le nom de Dr. Bone sur le label de Fatboy Slim, Slint. Resté quelque peu dans l'ombre de l'illustre mastodonte du Big Beat, Ashley a récemment trouvé le moyen de co-écrire, entre autres, le fameux 'Weapon of Choice' avec sieur Cook [dont le clip réalisé par Spike Jones révèle Christopher Walken comme un danseur hors-pair !].
Né en Californie en 1961, expatrié en Ecosse à l'adolescence, Slater a débuté sa carrière musicale comme tromboniste dans des orchestres classiques, de salsa et de jazz. Il s'est vite rendu compte qu'il préférait être sur le devant de la scène, un micro à la main, et bien lui en a pris.
Premier album en solo, 'BigLounge' marque un tournant dans le songwriting de Slater : une production toujours
riche mais des textes plus personnels et sincères. Une des ambitions était selon les dires du principal intéressé de faire un disque qu'à la fois ses parents et ses enfants puisent aimer... et vous aussi par la même occasion.
BigLounge contre Big Beat, le match n'était pas gagné d'avance et pourtant le résultat est fort revigorant pour passer cet hiver 2002. Au milieu de lignes de basse funky à souhait ('Husband' co-écrit par Norman Cook,
'Strange Dreams'), on reconnait l'inspiration soul et jazzy d'Ashley ('Betterway', 'Go Ahead'). Et toujours cette voix grave et suave, un mélange de Frank Sinatra et de Tom Waits ont dit certains, qui se mêle à des sonorités, rythmiques et autres effets plus électroniques ('Understanding', 'Something Stupid').
La voix de Freakpower livre un album à la fois proche de ses racines musicales et moderne, plein d'humour et de chaleur humaine. Assurément une des bonnes surprises de ce début d'année. Vas-y Marcel, chauffe, chauffe la platine !

Fred
(fred [AT] purjus [POINT] net [*]) 

< autres chroniques <




Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)