sommaire
@ disques
agenda
interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

chroniques de disques

Ed Harcourt
"Here Be Monsters"
(Heavenly/EMI)

La rumeur disait de ressortir le dictionnaire de superlatifs pour parler de Ed Harcourt. Je me contenterai d'un simple et modeste : splendide.
Une seule écoute de 'Here Be Monsters', le premier album de ce songwriter d'à peine 24 ans, vaut mieux que tout ce que vous pourrez lire dans la presse musicale.
C'est encore le coup du "next big thing" venu d'Angleterre à la Travis-Coldplay me direz-vous ? Non, cette année c'est Elbow qui s'y colle. Ed Harcourt se situe plutôt entre Elliott Smith et Badly Drawn
Boy - pour les références plus anciennes je préfère ne pas trop m'avancer. J'y ai même entendu une pointe de Fiona Apple, moins pour l'omnipresence du piano
que pour l'effet que m'avait fait le coup de maître que fut 'Tidal'.
11 bijoux pop-folk-bluesy : un piano qui pose la dynamique et la base mélodique, relayé par une guitare tantôt gratouillée, tantôt énergique voire énervée ('Beneath The Heart of Darkness'), une pointe de cuivre de l'ami Hadrian Garrard, pour le côté brass-band un peu nostalgique, à la fois originale et indispensable, le tout porté par la voix douce et apaisante, puissante sans être démonstrative, de Ed Harcourt. Vous verrez, vous aussi vous succomberez.

Il est des disques que l'on veut garder pour soi, avec lesquels il s'est établie
une relation quasi intime, et puis il y a ceux qu'on a envie de partager avec le plus grand nombre. 'Here Be Monsters'
appartient à la deuxième catégorie. Tel 'Le fabuleux destin d'Amélie Poulain'
duquel les gens sortent heureux, Ed Harcourt vous remplit d'une grande joie
pour la journée entière (mention spéciale à 'Apple of My Eye' qui reste le meilleur reveil matin à ma connaissance).
11 compositions mélant expériences personnelles, rêves et fiction, 'Here Be Monsters' vous accompagnera quleque soit le moment de la
journée : au saut du lit donc, en voiture sur la route du bureau, en préparant
la cuisine, devant un feu de cheminée (ou mieux un coucher de soleil) avec votre
bien-aimée, que sais-je encore.
La légende naissante dit qu'Ed Harcourt aurait
déjà écrit plus de 300 chansons, on les attend avec impatience.
Ne vous y tromper pas, Heavenly Recordings nous a envoyé un ange.
RedApple
(redapple [AT] purjus [POINT] net [*]) 
>> achetez ce disque sur Amazon.fr >>

< autres chroniques <


chroniques de Ed Harcourt

Ed Harcourt 
'From Every Sphere'  

> toutes les chroniques



Copyright 2000-2018 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)