sommaire
disques
agenda
@ interviews
articles

Inscrivez-vous à la newsletter PurJus

Laetitia et sa petite étoile au dessus de la tête

1 2 3 4

Tu as déjà des contacts avec des maisons de disques ?
Je suis vraiment à 10 miles de cet espèce de... "développement" où tu penses à signer et après tu enregistres. Je préfère travailler pour l'instant, enfin travailler... je veux dire découvrir, évoluer d'abord, pour ne pas me retrouver avec une signature, dans un studio avec une date buttoir. J'ai vraiment envie de garder toute cette liberté-là. Une fois que l'albm sera fait, ouais, travailler avec un label. Pour l'instant j'ai pas envie de me projeter là-dessus. J'ai pas l'ambition de vouloir signer à tout prix et je ne l'ai jamais eue. D'où aussi le temps que j'ai mis à enregistrer des chansons.

Ce qui m'amène à la question : comment en es-tu venu à faire de la musique ?
Eh bien, en fait on va dire que je ne suis pas quelqu'un qui en a rêvé depuis toute petite et qui a misé là-dessus. Vraiment j'ai l'impression d'avoir une petite étoile au dessus de la tête. Je rencontre vraiment des gens super bien. Quand je fais des concerts je rencontre plein de gens dans plein de régions en France, des anonymes. Le 26 janvier 2001, lorsque j'ai fait ma première première partie avec les Herman Düne, je m'attendais pas du tout à ce qui allait se passer. Parce qu'auparavant c'était plutot des open-micro, des tests dans les bistrots le dimanche-soir, notamment un à Lille qui traine pas mal de genres, aussi bien jazz que musette, qui s'appelle le Relax. J'ai joué pas mal de temps tous les dimanche soir pour tester les morceaux que j'écrivais déjà depuis 2-3 ans. Mais j'ai commencé très très tard; j'ai commencé à faire de la musique à 16-17 ans en bassiste de seconde-main qui reprenait des vieilleries des années 70. Et après en accompagnatrice, et après j'ai commencé à chanter sur les textes de Yeats, qui seront évidemment et malheureusement moins présents sur l'album. Car le fait d'avoir tourné un an et demi ça m'a amené vers autre chose, grâce justement à toutes ces rencontres et cette émotion-là qui s'est passé après chaque concert, après chaque tournée. Et... je reviens en arrière... après Yeats, j'ai commencé à écrire des chansons, j'ai commencé à chanter. Ca s'est passé très tardivement mais sans avoir vraiment l'ambition de devenir... Enfin ce qui se passe actuellement, je ne le manipule absolument pas, et je pensais pas du tout en arriver là. Et c'est tant mieux !

Pourquoi as-tu choisi de chanter en anglais, et pas en français comme Dominique A par exemple ? c'est pour garder une certaine distance... ?
Non il n'y a aucune distance. Je pense que ça s'est fait super naturellement certainement par rapport à l'éducation musicale que j'ai eu ou que je me suis faite....
Parce que pas vraiment attirée par les chansons à textes, l'idée était trop loin de me mettre à l'écriture et de me retrouver... j'avais pas envie d'être... Y'avait peut-être un côté universel que j'aime beaucoup en chantant en anglais. Mais je pense que c'est plus une référence à une éducation musicale que j'ai eu par rapport à toutes les choses que j'écoute depuis des années. Je pense que c'est venu suffisament naturellement pour que je me dise : "ben voilà !" Ca se fait naturellement, je ne cache pas mes émotions, je ne cache pas mes mots, c'est pas pour ça que je chante en anglais, ce n'est pas par pudeur, loin de là.

la suite (3/4)

< autres interviews <





Copyright 2000-2017 PurJus.net - <redac [AT] purjus [POINT] net> [*]
([*] veuillez supprimer les espaces pour former l'adresse mail réelle, merci -
ceci est fait pour lutter contre les collecteurs automatiques d'emails -
anti-spam)